Nos tutelles

CNRS

Rechercher



Formations recherche

Archeobios
Stage tracéologie
Stage Silex

Médiation


Accueil > Annuaire

GAUVRIT ROUX Eugénie

Doctorante UNS Préhistoire et Ethnoarchéologie : systèmes techniques, espaces sociaux, transferts

Cursus Universitaire
2013 : Master II Erasmus Mundus mention « Évolution, Patrimoine Naturel et Sociétés », spécialité « Quaternaire et Préhistoire : Paléoenvironnement, Lignée Humaine, Histoire des Sociétés » au Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris. Mémoire : « Analyse des traces d’utilisation et des processus d’altération post-dépositionnelle d’industries en silex du Paléolithique Moyen : le niveau O de l’Abric Romaní, Capellades, Catalogne, Espagne » avec pour directeurs Andreu Ollé et Gema Chacón.

Sujet de thèse
Variation des productions lithiques et symboliques des faciès magdaléniens à Navettes et à Lussac-Angles : La Garenne (Saint-Marcel, Indre) et La Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne).
Directrice de thèse : Sylvie Beyries
Date de début : 23/01/2014

Résumé
À la toute fin du Paléolithique supérieur, le Magdalénien est l’étape chrono-culturelle du Paléolithique qui a livré la plus grande diversité et quantité de productions symboliques (art mobilier, art pariétal, parure). Elles participent, avec les productions lithiques et osseuses, à la définition d’ensembles chrono-géographiques précis, en particulier au Magdalénien moyen (15 000 à 13 200 BP, soit 18 000-15 000 cal BP), où coexistent une « norme » magdalénienne et des variations locales (Angevin & Surmely, 2013 ; Bourdier, 2010 ; Fuentes, 2013 ; Kozlowski, 1984 ; Langlais, 2007). C’est la composante laminaire de l’outillage de pierre taillée du Magdalénien moyen qui rend compte d’une norme partagée, tandis que de nombreux autres éléments permettent d’identifier des variations culturelles et, en somme, un « polymorphisme régional » (Langlais, 2007) du Magdalénien moyen.
Dans le Centre-Ouest de la France, c’est le cas du Magdalénien à Lussac-Angles (caractérisé par la présence des sagaies en matière dure animale destinées à la chasse, les sagaies de Lussac-Angles) qui se démarque fortement du Magdalénien à Navettes (caractérisé par la présence de pièces en os fendues, les navettes, souvent interprétées comme des manches d’outils). Au-delà de la similarité des productions de pierre taillée et des territoires d’approvisionnement en silex et en coquillages de ces groupes qui indiquent leur appartenance à une entité culturelle magdalénienne commune, les productions d’ordre symbolique et les industries osseuses, fortement investies techniquement, indiquent des spécificités locales dont il faut définir le sens culturel, social, territorial, chronologique.

L’enjeu de cette thèse sera de confronter systèmes techniques et systèmes de représentations symboliques de deux groupes culturels du Magdalénien moyen en s’intéressant aux liens entre outils et produits. S’intéresser au lien entre outils et produits, c’est, pour les Magdaléniens à Lussac-Angles et à Navettes, s’intéresser au lien entre production lithique normalisée et production symbolique et osseuse différenciée.
L’étude sera ciblée sur deux sites proches géographiquement et chronologiquement mais appartenant à des faciès culturels distincts : la grotte de La Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne) et le site de La Garenne (Saint-Marcel, Indre). Leur datation, 14 280 BP ± 160 pour La Marche et autour de 15 000 BP pour la stratigraphie de La Garenne, sont en effet semblables (Pradel, 1980 ; Despriée et al., 2009).
Cette confrontation permettra d’appréhender les variations techno-culturelles et socio-culturelles entre deux faciès culturels du Magdalénien moyen.

Les productions des sites choisis diffèrent par plusieurs éléments de leur culture matérielle : parure, industrie osseuse, style de représentation de la figure humaine, support des gravures. Mais, au-delà de leurs spécificités, ces deux groupes culturels possèdent une production lithique très semblable caractérisée par l’extraction au percuteur tendre de lames ou de lamelles standardisées morphologiquement. Ils ont également en commun la production des lamelles à dos à base tronquée. En outre, les deux groupes ont -en partie- fréquenté les mêmes gîtes d’approvisionnement en silex et en coquillages.
L’analyse, ciblée sur deux sites majeurs du Magdalénien, devrait donc permettre de mieux caractériser ces deux faciès culturels à partir de l’analyse fonctionnelle macro- et microscopique de leurs industries lithiques. Les modes de fonctionnement des outils et leur(s) fonction(s), c’est-à-dire leur(s) finalité(s) technique(s), participent-ils d’un socle identitaire commun au Magdalénien moyen ou bien d’identités culturelles définissant des territoires plus restreints ?

En outre, face à ces constatations et en particularité aux similarités des productions lithiques, se pose la question des relations entre ces deux sites, et plus largement, des dynamiques territoriales régionales ayant pu exister entre ces deux groupes culturels.

L’analyse fonctionnelle proposée, intégrant les caractéristiques morphologiques et technologiques des industries lithiques, devrait permettre de répondre, en partie, aux questions liées à la fois au statut fonctionnel des outillages, au lien qui peut être établi entre activités artisanales et/ou domestiques et productions symboliques, aux intentions des productions lithiques et participer ainsi à la définition des statuts et de l’identité de ces sites et des groupes culturels auxquels ils appartiennent, tout en contribuant à une meilleure connaissance des éléments définissant les identités culturelles des divers faciès du Magdalénien moyen et à une meilleure connaissance du contexte de production de l’art paléolithique.

Abstract

At the very end of the Palaeolithic, symbolic productions (portable art, cave art, ornaments) allow, with the lithic and bone industries, to define precise chrono-geographical groups, particularly for the Middle Magdalenian (15 000-13 200 BP). For my research, I propose to compare tool function(s) of two Magdalenian groups : Magdalenian of Lussac-Angles and Magdalenian à Navettes. The study of technical gestures and savoir-faire will allow me to establish the link between lithic tools, similar in both groups, and bone and symbolic artifacts, which are different between these cultures.
This study will be based on the archaeological material from two sites that are close geographically and chronologically : La Garenne (Saint-Marcel, Indre) and La Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne). Lithic tool production and acquisition territories for shells and flint are similar at the two sites. However, their symbolic and bone productions are strongly differentiated by their nature, style and raw material.
In order to carry out this research, I will integrate morphological, technological, and above all functional analysis of the lithic tool artifacts from these sites. During the functional analysis (use-wear analysis), I will use macro- and microscopic observation methods. These methods will be adapted to the specific problems that will occur, and I will use, in complement to one another, naked-eye observation, binocular, reflected light optic microscopy, and, if necessary, scanning electron microscopy.
The comparison of the results between the sites will allow a better comprehension of the techno-cultural and socio-cultural variations between two facies of the Middle Magdalenian.


Direction

Secrétariat

Tél : 33 (0)4 89 88 15 19
cepam@cepam.cnrs.fr

Venir au CEPAM : plan et indications

Pour venir au CÉPAM

Université Nice Sophia Antipolis
Pôle Universitaire Saint Jean d’Angély
SJA 3 – CEPAM UMR7264 – CNRS – UNS
24, avenue des Diables Bleus
F - 06357 Nice Cedex 4

Visualiser la carte